mercredi 30 décembre 2015

Le supplice du santal, Mo Yan

L'histoire : Extrême fin du dix-neuvième siècle. La Chine impériale est aux mains des "grandes puissances" du moment, au premier rang desquelles l'Allemagne de Bismarck : en l'absence d'empire colonial, elle y trouve le moyen de s'approvisionner à bon compte en matières premières et en denrées rares. La Belle Époque dites-vous ? Pas en Chine en tout cas et pas en ce temps-là... Les paysans se révoltent et sont durement réprimés par les armées étrangères qui s'appuient sur le système du mandarinat, fortement attaché à ses privilèges. Dans ce contexte historique mouvementé, Mo Yan nous décrit le destin funeste de Sun Bing, un chanteur d'opéra "à voix de chat" (une forme populaire apparue à cette époque) qui va être victime d'un concours de circonstances devant le conduire à un supplice particulièrement cruel, le "supplice du santal. Sa fille tente tout pour le sauver, elle-même prise dans un trio amoureux. 

Quatrième de couverture : Quatre hommes tourmentent la très belle Meiniang: son père Sun Bing, chanteur d'opéra, condamné au supplice du santal pour rébellion. Son beau-père, le redoutable Zhao Jia, accompagné de son fils, le boucher Petit-Jia, pour mettre à exécution la plus cruelle des tortures. Son amant, le très amoureux Qian Ding, reste en sa qualité de préfet de l'empire, le seul capable de dénouer ce drame...

Mon avis : Bien que complexe dans sa structure et dans les rapports entre les personnages ce roman se lit aisément et passionnera le lecteur du début à la fin, des péripéties et des personnages hauts en couleur et dignes d'une bonne pièce de théâtre. L'alternance des points de vue et des allées et venues dans la chronologie permettent au lecteur de reconstituer le fil des événements. L'auteur restitue parfaitement le déroulement d'une action : le point de vue de chaque personnage est incomplet, il faut les mettre bout à out pour comprendre un événement dans sa globalité. D'un autre côté, le point de vue interne nous permet de mieux connaître et comprendre ces personnages si réalistes et décrits avec une telle précision qu'on se les représente parfaitement (les comparaisons à des animaux n'y sont pas étrangères). Ce procédé crée également une proximité telle qu'on se prend d'affection pour chacun d'entre eux malgré leurs défauts. 
Avec les prix Nobel, je ne suis jamais déçue. Le style d'écriture est toujours d'une très bonne qualité. Mo Yan alterne vulgarité et finesse. Les figures de style typiquement asiatiques et le récit sous forme de conte nous emporte loin dans la Chine de la fin du XIXème siècle. Même s'il s'agit d'une culture et d'une époque que je connais très mal, ces lacunes ne m'ont pas empêchée d'apprécier une histoire riche de détails (mais pas trop). Au fond, n'est-ce pas le but d'un écrivain ? Outre le style qui nous emporte, n'oublions pas le récit en lui-même qui accapare le lecteur tout entier dans cet imbroglio familial et péripéties amoureuses, une véritable épopée qui se dévore sans faim. Les digressions temporelles et dialogues internes, mêmes s'ils nous permettent de tout comprendre, forment un excellent procédé autour du suspense, tenant le lecteur en haleine jusqu'au dénouement final. 
J'en profite enfin pour souligner l'importance de l'opéra chat dans ce roman dans une mise en abîme stupéfiante.

Pour aller plus loin :  Un voyage en Chine pour approfondir la connaissance de cette culture ? Beaucoup plus accessible, le Palais de Tokyo à Paris mais encore, je vous suggère d'écouter le Duetto buffo di due gatti de Rossini qui vous plongera encore dans cet air d'opéra bouffe et qui prend tout son sens dans le roman.


vendredi 25 décembre 2015

Les indispensables de l'hiver


 Ca y est, en plus d'être Noël, c'est officiellement aussi l'hiver ! J'espère que le Père Noël vous a gâté(e)s et qu'il vous a apporté plein de bonheur au pied de la cheminée. En ce qui me concerne, je guette toujours la météo et me désespère de voir le mercure aussi haut (les écolos sont-ils les seuls à ne pas s'en réjouir ?). Bref, je préfère préparer ma peau, on ne sait jamais, le retour de bâton peut être rude. Pour éviter l'effet peau de croco, mieux vaut prendre les devants et assurer avec des produits plus riches qui nourriront votre peau en profondeur. Ne vous inquiétez pas, j'ai un plan de défense imparable !

1- Les baumes à lèvres et autres labello :

Qu'on se le dise, c'est mon pêché mignon. J'adore les baumes parfumés (toujours en tube parce que je trouve très peu hygiénique de tremper mon doigt dans un peau et de le mettre sur mes lèvres). Ceux d'Yves Rocher restent des incontournables (amande, beurre de karité, framboise...). Côté hydratation, pourtant, rien ne vaut la qualité des labello, les vrais. Ils restent tout de même très abordables. Pour ma part, je trouve que les baumes à lèvres des autres grandes marques, plus chers, sont dispendieux et inefficaces. Cette année, j'ai changé du classique, le bleu, pour un rose qui fait aussi office de rouge à lèvres. Ceci dit, si j'adhère à l'arôme framboise (sans déconner !), la couleur est un peu trop pailletée à mon goût et n'a pas grand chose à voir avec le fruit.

2- Lait douceur au beurre de karité, Nivea : 
Avec le froid et le frottement des jeans, pour éviter d'avoir une peau de croco, j'adopte des crèmes riches et des beurres corporels. La marque Nivea, vous la connaissez bien, elle s'occupe de toute la famille. Vu l'étendue de leur gamme de crèmes, petits et grands y trouvent forcément leur compte. Celle-ci est enrichie au beurre de karité. Elle est très efficace et rend les jambes toutes douces. C'est simple et efficace, et moi j'aime quand c'est simple et efficace.

3- Les crèmes pour les mains : 

Alors, là, comme pour les baumes à lèvres, je les collectionne. J'en ai partout : dans le sac à mains, près du canapé, près du lit... La plupart des marques en font des parfums tous plus addictifs les uns que les autres (mention spéciale à l'Occitane dont le format du tube est très pratique pour l'emporter partout). Ceci dit, en cas d'engelures sévères (je me lave les mains à l'eau chaude, pas bien !), il faut employer l'artillerie lourde et pour cela, rien de mieux que la Neutrogena qui vous soulagera efficacement.

 J'espère que ce plan de défense vous servira un jour si ce n'est cet hiver ;)

lundi 21 décembre 2015

Test Beurre de karité bio de Zeyna


Beurre de Karité bio

Zeyna est une marque de cosmétiques orientaux bio et naturels. Nous n'avons pas toujours une bonne image de ces produits et j'ai voulu tester par moi-même pour savoir si cela convenait mieux à ma peau. Si je devais avoir une bonne résolution pour l'année 2016, ce serait de me tourner davantage vers ce type de produit.

On ne peut pas dire que les températures soient vraiment basses mais avec l'hiver, je souhaitais un soin pour le corps plus riche mais qui la respecte tout autant. Je me suis donc tournée vers ce beurre de karité qui s'applique aussi bien sur le corps que sur les cheveux. Sans odeur, vous n'aurez donc aucun parfum sucré et chimique à l'ouverture ou sur la peau.
En application tel quel sur la peau, il faut chauffer un peu le beurre. La texture est difficile à travailler et à faire pénétrer.

Je ne l'ai pas tester sur les cheveux mais pour les pointes abîmées, il paraît qu'il fait des miracles.

C'est du beurre de karité pur. Autrement dit, on ne peut pas l'utiliser tel quel. Pour les adeptes des DIY, c'est un produit brut que l'on doit travailler, le monter en chantilly, l'incorporer à d'autres préparations. J'avoue que je ne suis pas suffisamment douée pour en faire quelque chose de bien. Je n'ai donc pas vraiment été conquise par ce produit mais il est plus probable que ce soit à cause de mon manque d'expérience que du produit en lui-même. Avant de vous lancer dans la tambouille, je vous conseille donc de parcourir les blogs beauté naturels qui prodiguent un tas de conseil sur le sujet.

Son prix : 10 €
Ce n'est pas excessif pour un produit de qualité mais encore faut-il que je m'y habitue ! Je ne suis pas encore prête à renouveler l'expérience. 

vendredi 11 décembre 2015

Mes indispensables pour les yeux


Pour les yeux, j'ai deux indispensables dont je ne peux pas me passer : le mascara et l'eye-liner. Ils font partie de toutes mes mises en beauté depuis que j'ai commencé à me maquiller. Ils mettent en valeur mes yeux, me rendent plus féminine. Bref, ce sont sans conteste les deux accessoires que j'emporte partout. 

Tout d'abord, le mascara : j'ai la chance d'avoir des cils longs et assez fournis. Je suis très difficile pourtant puisque le mascara doit me les recourber sans faire de paquets (ce qui n'est pas le cas de celui que j'ai pris en photo). Je le prends généralement waterproof. Je préfère à cause du mauvais temps, des yeux qui pleurent... bref, on n'est jamais à l'abri d'une catastrophe. Je n'ai jamais eu aucun problème de cils en me démaquillant chaque soir. Pour moi, le maquillage n'est pas terminé sans ce petit outil indispensable pour un regard de biche.

Quant à l'eye-liner, je l'utilise depuis presque aussi longtemps. Je le trouve tellement féminin ! Je l'utilise en mode retro années 60 ou plus fins, façon orientale. Je suis loin d'être une pro pour la pause mais je me débrouille plutôt pas mal. Peu importe sa forme (pinceau, feutre...), j'arrive à me dépatouiller. Je l'utilise très souvent seul ou en touche final sur des dégradés de fards à paupière. Je trouve qu'il met en valeur mon regard. Côté couleur, je n'utilise que du noir : c'est chic, élégant et surtout naturel pour mes yeux marron. Les autres couleurs me donnent l'impression de ressembler à un clown. Je vote plutôt pour un regard intense et séducteur. 


Et vous, quels sont les produits indispensables que vous utilisez quotidiennement ou presque ?

dimanche 6 décembre 2015

Les nouveautés du mois de novembre


On ne peut pas vraiment que ce sont des nouveautés mais ce sont les produits que j'ai beaucoup utilisé ce mois-ci. Certains, vous devez les connaitre depuis longtemps. Je partage donc mes impressions sur ces produits avec vous. Je suis désolée car certaines photo sont de mauvaises qualité, je me suis un peu dépêchée pour vous pondre cet article et la lumière était vraiment pourrie ^^"

Palette "The Nude Tude", The Balm : 

J'adore les palettes, c'est une des choses que j'aimerais acheter tout le temps, avec des couleurs parfois semblables, bref c'est une catastrophe. Je ne veux pas trop m'étendre sur ce produit car je vous prépare prochainement une revue complète sur les produits The Balm. Je vous dirai juste qu'aux premiers abords, l'aspect poudreux des fards à paupières sont un peu déroutant mais qu'on s'y fait assez rapidement. Je n'ai pas arrêté de me maquiller avec ces couleurs nudes, marron, chaudes. De très jolis maquillages à réaliser. C'est d'après moi une indispensable et d'un très bon rapport qualité-prix (35 €). 

 Vernis Mini 40 secondes Agnès B :

Vous le savez peut-être mais la marque a arrêté la vente de maquillage. Vous ne pourrez donc plus le trouver. C'est un vernis que j'ai depuis longtemps, oublié au fond de mon tiroir et que j'ai redécouvert ce mois-ci. Je cherchais un rose pâle assez discret, quelque chose qui se rapprochait du nude (oui, c'est ma période). On ne peut pas dire que ce soit une couleur de saison, je suis d'accord. Les paillettes restent assez discrètes, ce qui me convient tout à fait et elles apportent juste de la brillance à l'ongle. C'est un rose qui les magnifie en somme. 



 Rouges à lèvres Color riche "Rose perle n°265" et Sublime "n°102" de l'Oréal :

Cette fois, ce sont deux couleurs de saison. Je ne sais pas si vous verrez bien les nuances sur les photo. Il y a cette couleur framboise, très lumineuse, très féminine, qui était parfaite avec l'automne et puis ce beige avec des tons marron. Celui-ci, je le mets pour réhausser un maquillage nude, pour donner plus de peps. Tous les deux, bien que très différents l'un de l'autre, ont une très bonne tenue et sont très agréables à porter. Les deux packages sont simples mais élégants. On est rarement déçu avec l'Oréal....


 Fard à paupière Color infaillible "Smocky Green n°29" de l'Oréal :
L'Oreal Infallible in Smoky Green
Je cherchais du kaki puisque j'avais terminé le mien. C'est une couleur que je porte souvent, peu importe la saison. Celle-ci tire davantage vers le vert-sapin. Très intense, elle vous permettra de réaliser des maquillages sombres et mystérieux. Le fard est très facile à travailler et j'ajouterai qu'il tient ses promesses puisqu'il ne bouge pas de la journée.

Serum "Bust High & C" de Talika : 

Je n'ai pas retrouvé le sérum Bust 2.0, je crois qu'il n'existe plus. J'ai donc pris celui-ci, plus cher (49 €). Il est légèrement plus grand toutefois. Mais cette fois, j'ai vraiment l'impression de prendre un coup de vieux en adoptant un produit pour une autre tranche d'âge. Ce sérum est assez différent de l'autre (pour plus de détails, voir mon article Ces indispensables qui nous sauvent la vie). Au niveau de la texture, il faut davantage penser à une crème. Mes seins ne semblent pas plus volumineux, ni plus fermes. J'ai juste l'impression de leur passer une crème anti-rides ce qui bien sûr est sans effet compte tenu de mon âge... ^^"


Voilà, c'est tout pour ce mois-ci. N'hésitez pas à me dire quels ont été vos produits chouchous en novembre et partager vos découvertes.

vendredi 27 novembre 2015

Test Transparent Clinic

 Ce sont principalement des soins destinés aux peaux mâtures (crise de la trentaine, bonjour !). Toutefois, en utilisant ces soins, je pense que les peaux sèches y trouveront également leur compte. Le nom de la marque espagnole n'est évidemment pas sans rappeler une autre grande marque, hum, hum ! Attention toutefois, on n'évolue pas dans la même catégorie. Les packagings sont simples et épurés : des enveloppants écrus et une écriture gris foncé. Pas de chichi, ils trouveront une place dans votre salle de bain sans problème.

Nettoyant et lotion tonique, 175 ml :

C'est un deux en un. Cette lotion a plutôt l'aspect d'un gel (cf. photo plus bas) bien que le côté onctueux du lait démaquillant soit présent. Elle est censée également être adaptée pour le démaquillage des yeux. Toutefois, elle pique ! Elle nettoie et enlève les imperfections de manière correcte. Mais gare aux imperfections et petites inflammations de votre visage qui seront également malmenées par ce produit. Pour ma part, je le déconseille aux peaux sensibles. Le produit est beaucoup trop agressif. Pour la partie tonique, là, je ne peux pas vraiment juger des effets...

Son Prix : 21 €


Crème régénérante jour et de nuit, 50 ml :

Tout d'abord, j'ai choisi de tester ce produit pour son côté pratique : une seule crème pour le jour et pour la nuit, c'est le pied. Epuration assurée du côté de votre salle de bain, on ne garde que l'essentiel. Il faut que je vous avoue que parmi les ingrédients, il faut compter avec la bave d'escargot. Vous n'êtes pas sans savoir qu'une de ses propriétés c'est d'être anti-rides, mais aussi d'éviter les imperfections tels que les boutons (de ce côté, on a encore du boulot et pas qu'un peu !). Cette crème est donc destinée aux peaux matures dont l'hydratation est essentielle. La texture est agréable à l'application. Une seule noisette suffit à la pénétration (vous remarquerez que le pot n'est pas très utilisé alors que je l'ai mise matin et soir pendant des cures de plusieurs semaines). Plus, vous risquez de ressembler à un ver luisant. Selon moi, la texture riche ne convient pas vraiment pour la porter de jour, d'autant plus si vous comptez vous maquiller (la peau sera peu réceptive à vos autres soins). J'ajouterai que l'odeur est assez particulière, pas forcément agréable. Toutefois, l'utilisation de nuit est assez satisfaisante. La peau est repulpée, lissée. Pendant la nuit, elle fait son job et régénère vos cellules. Au réveil, vous avez l'impression que votre peau est reposée, quvous avez suffisamment dormi. Je l'applique en alternance, un soir sur deux. Plus, je pense que ma peau sèche se transformerait en peau grasse. Sa texture riche n'est vraiment pas négligeable donc (je l'ai également portée cet été et là, en période de canicule, vous transpirez de la crème même la nuit).

Son Prix : 23, 90 €

Mon avis : 

 A tester. Ces produits ne sont pas adaptés pou un usage quotidien. Vous pouvez les utiliser en appoint si vous en ressentez le besoin et que votre peau est particulièrement déshydratée. Plus, ils sont un peu trop agressifs pour tout autre type de peau que les mâtures. J'ai voulu tester plus d'une semaine et je ne vous raconte pas les boutons. Bref, je pense que cette gamme n'est pas tout à fait adaptée à mon type de peau (dixit la moins de 30 ans).
Si vous êtes intéressés, vous pouvez commander ces produits ici.

samedi 21 novembre 2015

Ces indispensables qui nous sauvent la vie

 Oui, il faut l'avouer nous avons tous nos petits secrets, nos produits inavouables, planqués dans un placard, à l'abri des regards de l'amoureux pour nous sauver la mise... Bien plus souvent que nous ne l'avouerons jamais ! J'ai fait une petite sélection de ces produits indispensables (liste non exhaustive bien entendu). Je vous ai fait grâce des produits préférés d'autres blogueuses et préfère vous mettre des choses qu'on voit un peu moins.

Baume Lipikar AP + de La Roche Posay
Les peaux sèches et sensibles sont des adeptes de ce produit. Mais il peut également s'utiliser de plus d'une manière : sur les zones rugueuses (coudes, genoux...), sur les irritations, les poils incarnés, les petits imperfections et autres boutons peu ragoûtants... Au bout de quelques jours, bye bye la peau qui tire et autres grattouilles, vous revivez.

 Bust Serum 2.0 de Talika :
Ce serum dont quelques pressions suffisent à badigeonner généreusement notre chère poitrine est un de mes produits préférés. Au départ, il est destiné aux femmes d'un certain âge souhaitant donner plus de fermeté à leurs seins ou bien aux fortes poitrines qui souhaitent un peu plus de maintien. Pour ma part, moi et mes petits seins, nous l'utilisons au quotidien et nous en sommes très satisfaits pour une toute autre raison. Il donne du galbe, ma poitrine est comme regonflée (toute proportion gardée bien sûr). Je le rachète à chaque fois que je le termine. Essayer, c'est l'approuver.
Crème réparatrice pieds très secs de Steripan :
Autre désagrément très glamour : les pieds secs et callosités. C'est un fait, nous ne chouchoutons pas suffisamment nos petits petons. L'été et les claquettes, le mauvais séchage après la douche, les chaussures de mauvaises qualité, l'hiver... Bref, on peut vite se retrouver avec des pieds inmontrables. Et on peut dire que les câlins avec les pieds rugueux, ce n'est pas ce qui fait rêver nos moitiés. Cette crème résoud tous nos problèmes après quelques utilisations (on peut également l'utiliser en prévention). L'acide salicylique dévore vos petites cellules mortes et ramollit la peau durcie des talons. La corne ne lui résiste pas. Et cerise sur le gâteau, contrairement à celle du concurrent, l'odeur de cette crème est loin d'être repoussante.

Anti-cernes, Nivea For Men : 
Personne ne souhaite se lever avec les yeux gonflés, pochés, bref, cernés. Il existe un tas de produits de ce type sur le marché. Si j'ai été piochée dans la gamme pour hommes, c'est qu'elle est beaucoup moins chère que celle pour femmes (dois-je me lancer dans une diatribe sur l'inégalité homme-femmes ?). Doté d'une bille de massage, vos poches vont diront merci. Et c'est d'autant plus efficace lorsqu'on laisse le tube au frigo.

Correcteur anti-imperfections Sébo végétal d'Yves Rocher :
Si l'anti-cerne ne suffit pas, il y a le bâton correcteur. Un petit coup de camouflage et on n'en parle plus. Mais c'est aussi un véritable couteau suisse pour cacher toutes les petites imperfections boutons et autres rougeurs. Un indispensable pour avoir une peau nickelle.
Crème dépilatoire de Veet :
Autre produit glamour par excellence qu'on évite d'exhiber dans sa salle de bain, c'est bien sûre le produit anti-poils. La crème, c'est un peu le produit de dernière retouches lorsqu'on n'a pas le temps ou sur les zones sensibles comme le maillot. Gare au retour de médaille avec une repousse plus rapide et plus drue mais, elle nous dépanne bien dans notre chasse contre les poils.
Shampooing sec de Syoss :
Son rôle est de cacher les racines grasses et d'espacer les shampoings classiques. Je ne suis pas vraiment une adepte des shampoings secs. Je suis contre les conditionnements en aérosol qui nuisent à l'environnement et ce produit ne me convainc pas. Mais il peut dépanner, je dois bien l'avouer. Lorsqu'on se réveille en retard, le cheveux gras, puant (nourriture, tabac...), c'est le produit qui peut nous sauver la vie. En quelques coups de brosse, le cheveu retrouve son peps, un aspect plus présentable et une légère odeur parfumée (citronnée pour celui-ci et je dois dire que Monsieur adore). Avant un dîner en amoureux, c'est toujours utile.




Alors, vous aussi vous avez des produits qui vous sauvent la vie ? N'hésitez pas à partager vos astuces en commentaires.

lundi 16 novembre 2015

Mémoires, Béate et Serge Klarsfeld



L'histoire : Il s'agit d'un couple mythique dont on connaît tous les combats menés durant leur vie. Ce que l'on connaît moins en revanche, c'est leur personnalité, leur histoire, leurs pensées. Chose réparée avec cet ouvrage autobiographique. On ne le sait pas, mais leur vindicte n'est pas venue d'un seul coup. C'est un long processus, un cheminement de la conscience : d'abord l'incrédulité devant l'impunité des nazis, la prise de conscience, ce besoin d'agir, puis le passage à l'acte.

Les époux Klarsfeld ont accepté de mettre par écrit, chacun de leur côté, une version concentrée de leurs années de lutte. Cette lutte se concentre sur la contestation systématique du pouvoir politique, économique et judiciaire des anciens dirigeants SS en Allemagne alors qu'elle se trouve divisée (RFA/RDA). Ces combats les ont menés dans le monde entier, leur ont fait accomplir des gestes incroyables (opérations coup de poing destinées à faire bouger l'opinion), leur ont aussi fait connaître la prison et les menaces de mort. Le point de vue alterné de l'un et de l'autre nous permet de dissocier ce couple mythique qui fait cause commune mais mène chacun sa barque : d'abord Beate qui apprend et assume l'histoire de son pays d'origine, puis Serge qui mène une carrière d'historien, puis se tourne vers une carrière juridique afin de pouvoir plaider lui-même contre les nazis.

Quatrième de couverture : Leur couple est une légende, leur biographie une épopée. Pourtant, rien ne prédestinait cette fille d'un soldat de la Whermacht et ce fils d'un juif roumain mort à Auschwitz à devenir le couple mythique de "chasseurs de nazis" que l'on connaît.
Leur histoire commence par un coup de foudre sur un quai du métro parisien entre une jeune fille au pair allemande et un étudiant de Sciences Po. Très vite, avec le soutien de Serge, Beate livre en Allemagne un combat acharné pour empêcher d'anciens nazis d'accéder à des postes à haute responsabilité. Sa méthode : le coup d'éclat permanent. Elle traite ainsi de nazi le chancelier Kurt Georg Kiesinger en plein parlement, puis le gifle en public lors d'un meeting à Berlin, geste qui lui vaut de devenir le symbole de la jeune génération allemande. Leur combat les conduit aux quatre coins du monde. En France, ils traînent Klaus Barbie devant les tribunaux et ont un rôle central dans les procès Bousquet, Touvier, Leguay et Papon. Ni les menaces, ni les arrestations - notamment lors de leur tentative d'enlèvement de Kurt Lischka, ancien responsable de la Gestapo - ne parviennent à faire ployer un engagement sans cesse renouvelé jusqu'à aujourd'hui.
Dans cette autobiographie croisée, Beate et Serge Klarsfeld reviennent sur quarante-cinq années de militantisme, poursuivant par ce geste leur combat pour la mémoire des victimes de la Shoah.

Mon avis : J'ai pris plaisir à explorer l'histoire derrière l'Histoire et à découvrir les premiers articles de Beate retranscrits dans le livre. On y retrouve la fraicheur, la naïveté des années 1960' de cette jeune allemande qui découvre l'histoire de son pays. Quant à Serge, son histoire personnelle et le charisme de chacun des membres de sa famille nous aspire dans un tourbillon d'émotions. 
A mes yeux, il est important de retracer la genèse de leur combat pour ne pas oublier, pour ne pas laisser l'histoire recommencer. Je ne vais pas vous parler de la montée du FN, de la haine sociale et raciale, du rejet des réfugiés.
L'épilogue en ce sens est particulièrement intéressant et explique selon moi toutes les strates du devoir de mémoire. Quel héritage pour les générations futures ? Devons-nous considérer que tout est histoire ancienne et tourner la page ? Aller de l'avant ? Même si nous parlons beaucoup de la Shoah, nous n'oublions pas les autres génocides, n'en diminuons pas l'importance. Seulement, celui des juifs durant la Seconde Guerre Mondiale a été le plus vaste en terme de victimes (6 millions) et de territoire (une bonne partie de l'Europe) avec la complicité du gouvernement français. Cela nous conduit également à réfléchir sur la nature humaine : l'Homme est-il mauvais ? Vaste sujet. Je vous laisse le soin d'y réfléchir.

Pour aller plus loin : Pour continuer dans cette direction, ce devoir de mémoire et rendre hommage à toutes les victimes du génocide juif, je vous suggère de visiter le Mémorial de la Shoah. Dès l'entrée du musée, les noms des victimes figurent sur le mur éponyme, nous plongeant instantanément dans une attitude de respect et de consternation. Ces grands murs de marbre retranscrivent toute l'horreur de ce massacre. Il s'agit d'un musée du souvenir, où sont entreposées des archives, des témoignages de ce que signifiait être juif pendant la Seconde Guerre Mondiale. Tout cela a vraiment existé, il est bon de se le rappeler par des objets et non pas seulement par des livres d'histoire qui ont tendance à nous faire prendre de la distance et à annihiler le côté humain.

------------------------------------------------------------------------
Cet article fait tristement écho à l'actualité. Il s'agissait d'un article prévu depuis longtemps. Cela nous prouve une fois de plus que l'horreur fait belle et bien partie de notre vie. A chacun sa manière d'y répondre.

mercredi 11 novembre 2015

Test Volume Express d'Yves Rocher

Mascara Volume Vertige, Teinte n°01 Noir

 

Voici la petite révolution présentée par Yves Rocher : une brosse avec réservoir qui dose la bonne quantité de produit à déposer. Résultat : pas de paquet, pas de gâchis. Le réservoir vous permet de ne pas faire de va-et-vient dans le tube et de faire rentrer de l'air. En effet, ordinairement il est conseillé de jeter votre mascara au bout de 3 mois. Ici, la date limite d'utilisation conseillée est de 6 mois après l'ouverture. La brosse à picots peut en déstabiliser plus d'une à l'application mais avec un peu d'entraînement, ça devient un jeu d'enfant. J'ai la chance d'avoir de longs cils, aussi ce que j'attends d'un mascara, c'est qu'il les recourbe et tienne toute la journée. L'effet promis est celui d'un recourbe-cils. Bon, je n'ai jamais utilisé cet instrument de torture donc, sur la promesse, je ne peux pas juger. Pour moi, mission accomplie pour ce mascara. Les cils tiennent (preuve en est le coton le soir).
Seul petit bémol : pour celles qui recherchent du volume, une illusion de cils plus fournis, la brosse à picots n'est pas faite pour vous. 
Dans son élégant package argenté, Yves Rocher fait aussi bien que des marques comme Gemey ou Bourgeois.
D'ailleurs, cette efficacité justifie le prix un plus élevé que les autres produits de la marque mais qui reste, somme toute, tout à fait abordable. Au vu des nombreuses opérations de réduction avec la carte fidélité, vous auriez tort de vous en priver.

Son prix : 24 €

PS: Désolée si les photos sont floues mais la lumière de nos journées est vraiment pourrie ces temps-ci...

lundi 2 novembre 2015

Soin du corps Expérience Elixir chez Passion Beauté


Si comme moi, l'idée de vous faire masser vous fait rêver, mais que vous n'êtes pas prête à laisser un bras à de grands hôtels ou instituts, je vous conseille de vous tourner vers cette chaîne de quartier. Pour un prix somme toute raisonnable et plusieurs choix de formules, vous serez très bien reçu(e)s et ressortirez zen.
Je souhaitais tester cette enseigne pour savoir ce qu'elle valait. Entre le boulot et la préparation de mon mariage, mon stress a atteint un niveau difficile à battre. Chéri a donc décidé de m'offrir une petite pause bien-être. J'ai choisi la formule "Expérience Elixir", la plus complète (1h 40). Il faut savoir que l'institut est partenaire de la marque Payot.
Pour celles et ceux qui n'en ont pas l'habitude, je souligne que pour ce type de massage, on est pratiquement  nu (oui, je t'ignore petit string jetable). Vous serez donc ravi(e)s que je vous évite cette désagréable surprise.
La formule choisie se déroule en 3 étapes entrecoupées de petites douchetttes. Lumière tamisée, musique douce, fermez les yeux ; vous y êtes ?

Gommage gourmand aux extraits d'amande et de pistache :

On vous badigeonne généreusement de cet exfoliant sur tout le corps. Vos pores sont prêts à accueillir les soins et à mieux les assimiler.
Le plus : le parfum sucré sur votre peau. 





Baume semi-précieux de modelage et Huile Elixir aux extraits de myrrhe et d'amyris :
On rentre dans le vif du sujet avec le modelage. L'esthéticienne mélange baume et élixir pour une pénétration et un massage plus fluide. Puis, on vous enroule dans un film protecteur (Vous connaissez le système des pieds hydratés enroulés dans du film alimentaire toute la nuit ? C'est le même principe). Enfin, vous êtes recouvert d'une couverture chauffante. La chaleur a la particularité de dilater les pores et de favoriser l'assimilation des produits. Pendant ce temps, on s'occupe de votre visage : nettoyage et lotion hydratante (un peu trop grasse à mon goût pour le visage). Puis, l'esthéticienne vous laisse mijoter dans votre jus quelques minutes. Et là, détente assurée, je m'endormais carrément...
Attention toutefois, certaines personnes peuvent être gênées par la couverture chauffante dont la température est modulable. Je la déconseille donc aux personnes souffrant de bouffées de chaleur. Pour ma part, moi qui suis frileuse et vu le froid de canard à l'extérieur ce jour-là, j'ai plus qu'apprécier ce petit cocon de douceur.

 


 Huile précieuse minérale : 

Enfin, dernière étape, l'huile précieuse et son massage des mollets au cou. Bon, on n'est pas chez l’ostéopathe, le but n'est pas de vous décoincer les articulations mais de vous détendre et de faire pénétrer le produit par de petits mouvements circulaires.
Dernier passage sous la douche où je vous conseille de mettre une bonne dose de la Crème lavante douce au lait d'amande douce pour éliminer le plus gros de l'huile sous peine de rester collé(e) à vos vêtements.

Mon avis : C'est un très bonne expérience à renouveler pour d'autres soins (moins longs peut-être). Je regrette d'avoir dû tirer les vers du nez de la masseuse pour quelques pauvres explications sur ce qu'elle était en train de me faire. Mais l'objectif est atteint, je suis ressortie détendue, le corps hydraté. Comme je le craignais, j'ai vu fleurir quelques boutons sur mon visage le soir même.

Son Prix : 95 € ou 66, 50 € pour les abonnés. Certes, c'est une somme mais que je trouve tout à fait raisonnable au vu de la qualité des soins. Je pense que vous trouverez peut-être moins cher dans d'autres chaînes mais je ne sais pas si vous en ressortirez satisfait(e)s. Plus, vous avez des SPA célèbres, mais je ne suis pas sûre que vous payez les soins ou le prestige de la maison.
Bref, si vous êtes intéressé(e)s, pensez à vous le faire offrir ;) 

vendredi 23 octobre 2015

Fond de teint Infaillible 24 H, l'Oréal

Fond de teint Infaillible 24h, Teinte n°140 "Beige Doré"

Par ou commencer ? Tout d'abord, je ne suis pas une adepte des fonds de teint. Pour moi, leur utilisation reste occasionnelle. Je cherche avant tout une couvrance légère qui unifie le teint (prends une BB ou une CC crème alors !). Donc, vous comprenez bien, je cherche le fond de teint idéal qui ne me donnera pas l'impression d'étouffer mes pores. Évidemment, mes objectifs ne regardent que moi et je respecte l'opinion de chacun. Je voulais surtout vous décrire dans quelles conditions j'aborde ce test.
Tout d'abord, j'ai donc appliqué une petite noisette de produit, à la main (je me tâte pour tester le beauty blender, j'attends vos retours à ce sujet). Peu de produit pour une légère couvrance toujours. Les pores sont bien dissimulés mais pour les imperfections plus prononcées (alerte gros cratères !), là, c'est plus dur. L'effet lumineux du produit donne toute de suite bonne mine.
Côté texture, il est assez agréable à appliquer. Il sèche un peu vite par contre, donc il faut vous dépêcher de l'étaler. Autre chose importante : je ne poudre pas. Je n'ai pas tendance à briller habituellement et j'ai la peau plutôt sèche, donc j'évite. Là, j'aurais dû. Au bout de quelques heures à peine, bonjour les brillances au niveau des pommettes et de l'arête du nez. Ceci dit, il est très confortable à porter : aucun tiraillement, aucune sensation de fond de teint épais sur la peau ou d'étouffement (oui, je suis obsédée par cette idée).
Enfin, la promesse du produit, c'est quand même de tenir 24h chrono. Et là, mes chéris, je vous dis : gros mensonge ! J'ai eu l'occasion de le tester pour un mariage. 10h du matin à 5h le lendemain, (moins de 24h, vous me suivez ?) et aucune tenue. Bon, ok, je n'ai pas poudré, je sais. Mais au démaquillage, il ne restait trois fois rien sur ma lingette. Je me demande si j'ai mis suffisamment de produit. Je souhaite un résultat naturel avant tout et en mettre le moins possible, so... J'aimerais beaucoup avoir l'avis de quelqu'un d'autre qui l'aurait également testé pour savoir si l'impression est la même.
En ce qui concerne la teinte, c'est plutôt raccord avec mon teint, légèrement plus foncé d'où la petite dose aussi. Les petites nuances dorées donnent bonne mine mais je pense qu'il ne faut pas en abuser. J'ajouterais enfin que la gamme ne comporte pas un grand choix de teintes, donc, il n'est pas sûr que vous puissiez trouver celle qui vous convient (je pense tout particulièrement aux peaux très claires).

Mon avis :  L'infaillible pour moi ne tient pas la promesse principale vantée par la marque. Je cherche encore le fond de teint idéal...

Prix :  22, 95 €, je le trouve un poil cher. Je pense qu'on peut trouver mieux pour moins.

mardi 20 octobre 2015

Vernis à ongles, Couleur Végétale d'Yves Rocher

Vernis Couleur Végétale, Teinte "Bleu Orchidée", 5 ml

Ah les vernis Yves Rocher ! Les incontournables pour toutes les accrocs pour changer souvent et pas cher. Avec la gamme Couleur Végétale, Yves Rocher nous propose comme d'habitude un large choix de couleur. Sortie au début de l'été, les couleurs s'adaptent également pour cette hiver. Un flacon long et fin qui change des habituels minis de la marque et qui n'est pas sans rappeler ceux de l'Oréal. Une élégance délibérée ? Côté composition, on peut certainement faire mieux mais aussi, pire. Je vous rappelle que les produits Yves Rocher ne sont pas testés sur les animaux. 
Sur cette petite introduction, je vous parle maintenant de ce vernis en particulier : 

- Gros pinceau : Pratique à l'application, un peu moins pour les maladroites. Il est large et plat. 
- Texture : Il faut souligner que le vernis est assez opaque. Il est donc un peu difficile à bien étaler en couches fines. Au niveau de la couleur, du coup, la densité du vernis en lui-même, à l'image du flacon comporte peu de reflets à mon goût. Sur ma main (à gauche), vous voyez que la couleur ne correspond pas vraiment, elle est beaucoup plus foncée. 
- Tenue : Je le trouve vraiment pas mal. Sur la deuxième photo de ma main (à droite), vous pouvez voir ce que ça donne au bout de 5 jours (sans aucun ménagement bien sûr avec vaisselle, ménage et tout le toutim). Vous pouvez constater quelques éraflures mais une très bonne tenue dans l'ensemble. Cette fois-ci, j'avais un peu la flemme de changer de vernis donc, j'ai vraiment apprécié cette tenue qui d'habitude n'est pas un critère très important pour moi.
- Séchage : Comme tous les vernis Yves Rocher, beaucoup trop long... Il faudrait rester des heures sans bouger pour ne pas avoir de dérapages (et ce, même si le vernis parait sec au bout d'une demi-heure). Vous aurez la trace des fibres des draps au réveil, pas très glamour. 

Enfin, je dois ajouter que lorsque vous souhaitez l'enlever, comme tous les vernis foncés de mauvaise qualité, il vous laisse les doigts bleus même avec une sous-couche de base ou de vernis blanc. Très difficile à enlever sur la peau, je vous conseille de le faire en plusieurs fois et de préférence le dimanche, pour éviter l'effet "Avatar".
Son Prix : 2, 95 €
Bon rapport qualité-prix avec une gamme de couleurs variées qui permet de changer souvent et à portée de toutes les bourses.

samedi 17 octobre 2015

L'Enfant Allemand, Camilla Läckberg

L'histoire : Nous retrouvons ici Patrick et Erica qui ont bien du mal à concilier leur rôle de parents avec leurs aspirations professionnelles. Avec Patrik en congé parental pour s'occuper de Maja, Erica croit enfin pouvoir se remettre au travail et commencer les recherches pour son prochain livre. En théorie. En pratique, elle doit se débattre entre les sollicitations incessantes de Patrik et le cours de ses pensées qui la ramènent encore et toujours aux découvertes qu'elle a faites dans le grenier des affaires appartenant à sa mère, Elsy. Parmi elle, la médaille à la croix gammée qui l'intrigue plus que tout et qu'elle décide de confier à un vieux professeur spécialiste de l'époque. Problème : celui-ci est assassiné.
Comme d'habitude, les flash backs plongent le lecteur au début de l'intrigue policière et lui expliquent les motivations du meurtre, tous les petits fils de chaque histoire sont liés entre eux... L'enquête se mêle à l'histoire privée des protagonistes jusqu'aux dernières révélations.
Avec ce volume, on en apprend davantage sur le passé des personnages : le mariage de Patrick et Karin, la froideur d'Elsy à l'égard de ses filles... Mais aussi comme toujours, un peu plus sur le comportement des personnages secondaires : Merlberg a bien un coeur ; Katrine, la mère de Patrick, n'est pas aussi agaçante qu'il n'y paraît et a plus de profondeur que le cliché de la belle-mère envahissante ; Paula, la nouvelle recrue du commissariat (va-t-elle rester ?) semble également avoir quelques secrets à dissimuler...

 Quatrième de courverture : Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, Erica entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite particulièrement élusif et étrange. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné...
 Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Fälk, Camilla Läckerg mêle avec virtuosité l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre Mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.

Mon avis : Les polars scandinaves ont leur réputation. Il s'agit du cinquième opus de Camilla Läckberg mais de loin, le plus abouti selon moi. Les personnages principaux sont toujours aussi sympathiques, humains avant tout sans tomber dans la caricature des personnages policiers habituels, et mènent l'enquête d'un point de vue psychologique. Comme pour beaucoup de personnes, la 2nde Guerre Mondiale exerce sur moi une fascination morbide. J'adore dévorer livres et documentaires sur le sujet. Et je ne m'en lasse pas. Pour moi, l'Histoire revêt une importance capitale pour tirer des leçons et apprendre de nos erreurs. 
Ici, l'intrigue secondaire abordée dans ce tome raisonne d'une façon particulière avec l'actualité en Europe. L'arrivée des immigrés Syriens apporte le même lot de questions : vont-ils prendre notre travail dans un contexte de crime économique ? Nos prestations sociales ? Peur de l'autre, xénophobie... A méditer pour ne pas répéter les erreurs du passé.
 

Pour aller plus loin :  Dans ce tome, l'auteur soulève la question du devoir de mémoire. Faut-il oublier ce qu'il s'est passé, tourner la page et vivre sa vie ? Doit-on en parler aux plus jeunes pour que l'histoire ne se répète pas ? Cela est-il vraiment utile ? L'Homme est-il mauvais au point d'être condamné à toujours répéter les mêmes atrocités ? Ces questions sur le long cheminement de la conscience, se sont les réflexions que je souhaite développer. Pour creuser un peu plus l'histoire sous-jacente à cette intrigue policière, je vous propose de vous intéresser à Mémoires du célèbre couple Klarsfeld qui ont consacré leur vie à la traque des nazis. Serge et Beate Klarsfeld se sont posés toutes ces questions avant de commettre les actes que l'on connait. Je ne vous en dis pas plus car ce sera aussi l'objet de la prochaine fiche de lecture ! 

mardi 13 octobre 2015

Bon plan beauté chez Carrefour

Vous avez loupé mon post d'hier concernant les bons plans beauté chez Auchan, catalogue qui se termine ce soir. Oui, je l'avoue, c'est ma faute, je m'y suis pris tard. Pour me rattraper, je vous mets de suite les bons plans que j'ai repéré sur le catalogue Carrefour. Cette fois, vous avez du temps puisqu'il y est valable jusqu'au 20 octobre. Et le plus génial, c'est que vous n'avez même pas forcément besoin d'avoir la carte fidélité.

Gel douche Mixa Expert, Mixa, 5, 82 € le lot de 2 en 1+1 gratuit

Rouge à lèvres Color Sentational, Gemey Maybelline, 6, 30 € au lieu de 10, 50 €
Fond de teint Dream Mat Mousse, Gemey Maybelline, 5, 56 € au lieu de 11, 13 €
Vernis Tenue & Stron Pro, Gemey Maybelline, 8 € les 2
Mascara Volum'Express Go Chaotic, Gemey Maybelline, 4, 44 € au lieu de 8, 89 €. Encore moins cher qu'hier !
Lait corps sous la douche, Nivea, 2, 94 € au lieu de 4, 90 €
Shampooing ou après-shampooing, Franck Provost, 5, 75 € au lieu de 9, 59 €
Masque pour cheveux Elsève, l'Oréal Paris, 7, 32 € au lieu de 12, 21 € le lot de 2

N'hésitez pas à me dire si vous souhaitez que je vous refasse part des sélections catalogues des grandes surfaces.