mercredi 29 juin 2016

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants, Mathias Enard

 Résumé : Si la vie est une succession de parenthèses, celle qui mena Michel-Ange à Constantinople en 1506, le transforma à tout jamais. Le puissant pape guerrier Jules II lui doit de l'argent lorsque le sultan Bajazet lui propose de concevoir un pont sur la Corne d'Or, après avoir rejeté les dessins de Léonard de Vinci. C'est flatteur mais renforce la pression sur les épaules de Michel-Ange…
Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants ressemble à un conte tout à la fois sombre et lumineux, empreint de mystère et d'onirisme. Un mélange entre Renaissance et Orient qui nous emmène loin, très loin.

Quatrième de couverture : En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome. Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose- après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci, - de concevoir un pont sur la Corne d'Or ?
Troublant comme la rencontre de l'homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d'orfèvrerie, ce portrait de l'artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l'acte de créer et sur le symbole d'un geste inachevé vers l'autre rive de la civilisation.
Car à travers la chronique de ces quelques semaines oubliées de l'Histoire; Mathias Enard esquisse une géographie politique dont les hésitations sont toujours aussi sensibles cinq siècles plus tard.

Mon avis : Ce titre est fabuleux. Il interpelle le lecteur et fait appel à son imaginaire. L'Orient a toujours été source d'inspiration dans la littérature. L'exotisme du titre rappelle les Mille et une Nuits et ses aventures. Il est à noter que l'interpellation s'adresse en premier lieu à des enfants, à l'innocence du lecteur à qui l'on peut raconter un conte merveilleux. Ce titre est en fait tiré d'une citation de Kipling dans l'introduction d'Au hasard de la vie. Hormis la partie épique, il ne faut pas oublier comme dans chaque bonne histoire, la partie romanesque. Le thème de l'amour est évoqué par la passion pour l'art et par les liens entre les différents personnages, de la belle andalouse en passant par le fidèle compagnon. Les passages du point de vue de la belle andalouse sont emprunts d'un lyrisme mélancolique magnifique, nous apportant un peu de rêverie sur une période que je connais mal de l'Espagne conquise. Tous les ingrédients sont là pour en faire une nouvelle aussi agréable à lire par sa trame que par une écriture fluide. Les descriptions sont travaillées sans être pompeuses. L'auteur nous fait partager son savoir doté d'une très bonne documentation, sans excès. Les listes de l'artiste ne sont pas aussi inutiles qu'elles le paraissent. Au contraire, elles nous éclairent sur son état d'esprit. Elles nous permettent également de comprendre certaines références. A lui seul, Michel-Ange est un mythe. Construire une fiction autour de sa personne était une idée excellente, basée sur ce que l'on sait de cette période peu documentée de sa vie "et pour le reste, on ne sait rien". Prix Goncourt des lycéens en 2010, ils ne s'y sont pas trompés. Mon seul regret est la brièveté de l'ouvrage. J'aurais aimé en profiter encore un peu.
Pour aller plus loin : Après ce que l'on a pu découvrir et lire sur Michel-Ange, je crois que ceux qui en ont la possibilité se doivent d'aller visiter la chapelle Sixtine à Rome. Le travail sur le corps, les drapés colorés, bref, autant de choses héritées d'un lointain voyage dans le Bosphore du moins en songes si ce n'est en réalité... 

vendredi 24 juin 2016

Test Crème Yuza Sorbet d'Erborian

Crème Yuza Sorbet, 50 ml


Vous l'aurez compris, j'ai cédé à l'hystérie collective autour de la marque coréenne. Avec l'arrivée de l'été, je recherchais une crème de jour plus légère, avec une texture rafraichissante. Et là, je me suis dit, mais oui, la crème sorbet, c'est ce qu'il te faut ! 

Le package de la marque met en avant un design simple et épuré. Les couleurs vertes font référence aux plantes utilisées dans toute la  gamme. Mais j'ai envie de vous dire que vu l'épaisseur de la boîte cartonnée, côté environnement naturel, vous pouvez faire mieux les gars. Vous voyez à quel point le pot est petit à côté ? Une fois que vous aurez donc jeté cette immonde boîte, je trouve que le pot est assez joli et fera bonne figure dans votre salle de bain avec sa simplicité blanche et le logo de la marque.

Cette crème hydratante a une texture assez particulière. Elle est rafraichissante. Petite astuce, vous pouvez la mettre au frigo pour encore plus de fraicheur. Sur la photo, vous pourrez constater qu'elle est composée de petits granulés (pas désagréable du tout). Même d'aspect, cette crème ressemble à un sorbet aux fruits. En fait, ce n'est pas seulement pour ressembler à un vrai sorbet. Ce sont des micro perles anti-oxydantes de yuzu (vous faites le lien avec le nom de la crème) pour vous aider à lutter contre les premiers signes de l'âge. Pour tout vous dire, le yuzu est un petit citron vert japonais aux vertus anti-oxydante (il contiendrait 5 fois plus de vitamine C que notre citron jaune) ; vous l'aurez compris, Erborian utilise tous les bienfaits de produits naturels pour vous aider à paraître plus belle, naturellement. Bon, vous vous en doutez, je suis un poil ironique puisque l'on retrouve encore du silicone dans cette crème.

Côté application, vous massez bien pour faire pénétrer la crème et elles libèrent leurs petits actifs avec la micro-émulsion. La texture est vraiment agréable à appliquer et la crème pénètre très bien sans fini gras. En fait, on a vraiment l'impression qu'elle contribue aux besoins de la peau en la désaltérant. Et là, vous vous dites, elle se moque de nous. Sur la photo, le pot est à peine entamé et elle affirme l'avoir testé. Mais oui, mais oui, figurez-vous qu'une toute petite noisette de produit suffit à hydrater l'ensemble de votre visage.  

Pour finir, il est à noter que le parfum de la crème est assez léger. Il ressemble à une fragrance d'agrumes mais il n'est pas du tout entêtant ce qui est parfait pour l'été, rafraîchissant mais léger. 
A priori, ma peau a l'air d'apprécier les effets de cette nouvelle crème. Elle est visiblement repulpée et hydratée. Et puis, malgré les températures, je n'ai pas cette sensation de "pores bouchés" et je ne transpire pas de la crème, ça c'est plutôt cool. Le service communication nous précise également que comme pratiquement tous les produits de la marque, elle peut servir de base de maquillage. Là, par contre, je dis non. Faut pas abuser, c'est une crème hydratante, il vaut mieux attendre qu'elle pénètre avant de vous maquiller. Vous aurez un fini mat, libre à vous de l'exploiter comme bon vous semble.

Son Prix : 42 €


Mon avis : Comme d'habitude, la qualité se paye. La marque Erborian n'est pas accessible à tout le monde mais propose des petits formats plus économiques. Si vous ne connaissez pas les différents produits, je vous conseille d'en tester au moins un pour voir la différence sur votre peau et sincèrement, cette crème pourrait être votre premier pas. Les trentenaires l'apprécieront. Et les autres aussi probablement. Y compris les peaux mixtes à grasses. Pour les peaux véritablement déshydratées, je ne suis pas certaine que ce soit un bon choix.

Yuza Sorbet Petite info, le packaging de cette crème a changé. Pour mettre en avant le côté "naturel" vous retrouverez désormais cette crème (quand les magasins auront fini leurs stocks) dans un flacon entièrement blanc avec des écritures jaunes, enfin la boîte cartonnée sera entièrement jaune citron (et moins épaisse). Et bien évidemment, la crème est vendue plus cher, aux environs de 45 € pour une contenance identique.




dimanche 19 juin 2016

Dans mon vanity pour le week-end


Avec l'arrivée de l'été, certaines d'entre vous partiront peut-être en week-end faute de ne pouvoir partir en vacances. Le principe de l'escapade, c'est que c'est court. Je ne suis pas du genre à me charger et je ne préfère avec moi que des essentiels ou des soins multifonctions. C'est le moment de sortir vos miniatures et autres échantillons dont vous ne savez pas quoi faire, l'occasion de les tester et de savoir si vous allez acheter ce produit.

Pour tout ce qui concerne l'hygiène, je cherche à privilégier le soin de la peau. Je ne me sépare jamais de mes lingettes démaquillantes, de quelques cotons et de mon eau micellaire. Je choisis d'emmener un mini tube de crème solaire pour hydrater et protéger mon visage. Avec la BB crème d'Erborian, en plus de faire le même boulot, elle unifie le teint.
J'emmène avec moi les petits formats de shampooing-douche d'Yves Rocher qui sont amplement suffisant pour le week-end ainsi que des petits formats de dentifrice.
Enfin, côté maquillage, je n'emmène que le strict nécessaire et pour mes essentiels, je vous renvoie notamment à la trousse de maquillage pour les débutantes et qui vous voyez, ne sert pas qu'aux débutantes : un correcteur pour les petites imperfections qu'on ne verra pas sur les photo, le trio essentiel pour les yeux (eye-liner, crayon noir et mascara), un rouge à lèvres foncé et un gloss.
Enfin, dans un vaporisateur de sac, je verse un peu de mon parfum préféré pour éviter de trimballer la bouteille lourde et fragile partout.

Et voilà, vous avez même de la place pour Monsieur ! Et vous, vous partez avec l'essentiel ou vous êtes du genre à emmener toute votre salle de bain ?

mercredi 15 juin 2016

Le vernis, Chanel

Le vernis longue tenue, teinte n°504 "Organdi"

 

504 - ORGANDIIl s'agit pour moi d'une première. Vous le savez, je recherche du maquillage bon marché mais de qualité. Ce n'est pas tout à fait vrai pour le vernis à ongles pour lequel je peux me contenter de bas de gamme. Je ne vois pas du tout l'intérêt d'acheter une marque de luxe pour un vernis.
Mais ma curiosité a été titillée et j'ai choisi de tester un vernis Chanel pour mon mariage. 

Et comme je ne fais jamais rien à moité, j'ai sélectionné une nouveauté de la collection sortie pour le printemps, un rose poudré qui tire davantage sur le nude. Hormis les nouvelles teintes, il faut souligner que cette collection s'accompagne d'une nouvelle formulation des vernis avec cet effet "gel". Une couleur mate sublimée par le gel coat de la marque (au même prix que le vernis pour celles que ça intéresse). Je ne sais pas ce que vous en pensez mais le rendu est des plus brillants. 

- Texture : La lumière se reflète sur l'ongle presque comme s'il s'agissait vraiment d'un vernis gel donc pari réussi. La texture pourtant assez opaque m'a fait un peu peur au début mais finalement, elle a un fini laqué ultra brillant pour un résultat homogène. De ce côté, je suis très satisfaite du résultat. 

- Le pinceau : Le package des vernis Chanel est assez reconnaissable. De forme assez massive et rectangulaire, le capuchon noire se retire pour faciliter l'application du vernis. Pas de panique donc pour les moins habiles, le gros pinceau se manie très bien, sans aucune difficulté grâce à ses facettes antidérapantes.

- Séchage : Le temps de séchage est assez long. Il est conseillé d'attendre 20 minutes mais ce n'est pas du tout suffisant (surtout si comme moi, vous avez fait les choses dans les règles de l'art et multiplier les couches). J'ai préféré attendre une heure de plus. C'est assez long, c'est vrai, mais une fois totalement sec, vous pouvez y aller, le vernis ne bougera plus.

- Tenue : L'adjectif le plus utilisé par toutes les marques, j'ai nommé le fameux infaillible ! Bon, ce n'est pas parfait mais c'est pas mal du tout (ce qui explique peut-être la différence avec les marques drugstore...). Une fois sec donc, il faut vraiment chercher pour faire des accrocs. Aucune rayure à déplorer, nada. Les clés, la vaisselle, rien. Le gel coat a fait son job. Au bout de trois jours, on relève une légère usure en bout d'ongle mais vraiment rien de bien marquant. La tenue est donc assez bonne. Vu le prix, on hésite évidemment à changer de vernis tous les trois jours. Celles pour qui la tenue est un critère essentiel seront peut-être assez satisfaites du résultat.
 

Prix : 25 € à tester une fois, mais je ne renouvellerai pas l'expérience de mettre ce prix-là dans un vernis

dimanche 12 juin 2016

Les affinités électives, Goethe

Les affinités électives par GoetheRésumé : Il s'agit de l'histoire d'un couple marié et heureux, Charlotte et Édouard, dont la tranquille routine se trouve bouleversée par l'irruption dans leur vie de deux personnages, le capitaine et Odile, la nièce de Charlotte. Jusque là, tout allait très bien dans la vie conjugale recluse et la quiétude bucolique pour nos deux protagonistes. "L'Enfer, c'est les autres" disait Jean-Paul Sartre. Pour vivre heureux, vivons cacher. Il est vrai que l'ouverture sur le monde extérieur, sur le "monde urbain" avec les travaux d'aménagements de leur jardin, va sceller le basculement de leur quotidien. La négociation commence pour faire accepter à l'autre l'intrus qui va s’immiscer dans leur vie. L'arrivée du capitaine représente un élément perturbateur du couple. Formant désormais un triangle amoureux, Charlotte se retrouve écartée par le duo d'amis. Il est frappant de constater que le débat sur la définition des affinités des éléments chimiques forme une analogie de la trame romanesque. Le capitaine en explique le principe à Charlotte, lui accordant plus d'attention que son époux, développe l'argumentaire de l'attirance chimique, même des éléments contraires, qu’Édouard développe leur séparation par le phénomène de répulsion. Loin d'être dupe de cette conversation, Édouard suggère l'arrivée d'une quatrième personne, afin que Charlotte se sente moins seule et précipite ainsi la fin de leur relation de couple. Dans ce livre, les affinités entre passions s'y trouvent expliquées à la manière d'un principe chimique. Plus précisément, c'est un processus littéraire qui est décrit, celui par lequel un auteur emprunte à la réalité scientifique un matériau pour construire sa propre fiction. Il y a des natures qui se rebutent naturellement où aucun contact ne peut les unir (comme l'eau et l'huile) d'autres s'attirent spontanément de manière irrépressible (dans le récit, Édouard et Charlotte forment un couple chimiquement harmonieux).

Quatrième de couverture : Dans cette situation sans espoir, que servirait-il de rapporter les efforts de toute sorte dont s'étourdirent Edouard, l'épouse, l'ami, le médecin ? Enfin on le trouva mort... Ce coeur, en proie naguère à une agitation sans bornes, avait trouvé un imperturbable repos ; et, comme il s'était endormi en pensant à une sainte, on pouvait sans doute le qualifier de bienheureux. Charlotte lui donna sa place auprès d'Odile, et ordonna que personne ne serait plus déposé dans ce caveau.
Les amants reposent donc l'un près de l'autre. La paix flotte sur leur sépulture. De la voûte, les fraternelles image des anges abaissent sur eux la sérénité de leurs regards, et qu'il sera aimable l'instant où ils se réveilleront ensemble !

Mon avis : La lecture de ce roman peut se faire à plusieurs degrés : divertissante (une banale histoire d'amour et d'adultère avec un chassé-croisé de deux couples), sociologique et culturelle (une description de la Prusse au XIXème siècle) et philosophique (plusieurs questions s'articulent autour de l'opposition cœur/raison et nature/culture). La préface de Michel Tournier en résume parfaitement les différents aspects : le tableau de la société aristocratique d'une principauté allemande au début du XIXème siècle. A travers la description de ces mœurs, Goethe interroge le concept du mariage, lui qui y était opposé et qui n'y a cédé que sur le tard, après une expérience de mort imminente. En ce sens, le personnage de Courtier, ancien pasteur, se fait l'ardent défenseur des liens sacrés du mariage et s'oppose aux conceptions plus libertines et notamment à celle du "mariage test" que représenteraient Charlotte et Édouard (mariés en secondes noces) et qui auraient conclu comme un "CDD" en attendant leur troisième union qui elle, serait la "bonne". Les amants retrouveraient donc une place légitime aux yeux de la société. Conception qui serait admise si le divorce l'était. Or, dans cette société bien-pensante, la religion occupe une place importante. 
Dans la seconde partie du roman, l'amour sacré est lié au culte des morts (notons que lorsque Goethe commence la rédaction du roman, sa mère décède). Le pendant angélique d'Odile (image littérale de la Vierge Marie) opposée à la figure démoniaque de Lucienne dont les mondanités et la superficialité semble méprisée de l'auteur. Ici, il évoque les lois profondes qui dictent les sentiments, quasi irrationnels. On ne peut comprendre ou nier les sentiments amoureux. Le cœur, opposé à la raison ? Quelle est la portée de cette histoire d'amour ? Un banal conflit entre le devoir conjugal et l'amour adultère, sentiment éphémère ? Il ne s'agit pas que d'un débat sur le mariage mais d'un roman qui s'interroge sur l'Amour comme sentiment chimique, un sentiment fatal qui conduit à une destinée tragique, qui conduit toujours au malheur et à la mort. Ceci dit, le lien entre Éros et Thanatos est souligné par la parabole de l’Étrange Histoire, mise en abîme de l'intrigue des protagonistes. C'est là qu'intervient le concept de nature et de culture. L'éducation joue un rôle primordial dans les romans de l'époque en mettant en garde les jeunes filles des dangers occasionnés par des passions trop violentes comme dans l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert. La nature, c'est l'incontrôlable mouvement du cœur quant l'institution du mariage représente la société, une structure qui s'efforce de mettre bon ordre à la nature de l'homme. Goethe ainsi rapproche ce que la culture a réussi, notamment avec la notion de sainteté du mariage chrétien à la contre-nature de l'homme avec son inconstance habituelle. L'adultère paraît ainsi d'autant plus "naturel" au vu de ces éclaircissements. La nature est imprévisible, tout comme l'homme dans son évolution : tout est affaire d'occasion puisque la vie est une affaire de rencontres interpersonnelles ou intersubjectives. En somme, l'homme n'a pas d'identité stable ou définitive. C'est ce que nous dit Goethe à travers son roman. Il nous montre aussi l'impuissance de la raison à anticiper et à endiguer le cours des affinités passionnelles. Ce huit-clos amoureux plaira à tous les romantiques.

Les Affinités électivesPour aller plus loin : Un film des frères Traviani méconnu du grand public a été adapté du roman en 1997 avec Isabelle Hupert. Je ne sais pas ce qu'il vaut, à voir ne serait-ce que pour le décor de la campagne Toscane.

PS : A l'heure où cet article sera publié, je serai mariée ^^ J'espère bien que cette première fois sera la bonne ! Les articles enrobés de rose poudré vont donc se faire moins nombreux ;)

jeudi 9 juin 2016

Test Infaillible Méga Gloss, l'Oréal


Infaillible Méga Gloss, teinte n°509 "You know you love me"



 Soyez éblouissante: de l'éclat et des paillettes pour des lèvres scintillantes comme jamais.
BRILLANCE ULTIME ET VOLUME ULTRA-GLAMOUR
En un seul geste, sa formule, enrichie en acide hyaluronique et vitamine E, apporte une nouvelle brillance et toujours plus de volume pour des lèvres rebondies fraîchement colorées.• PARFUM ADDICTIF
Craquez pour le parfum gourmand et subtilement sophistiqué de ce gloss.
Formule non collante & non asséchante pour une tenue tout en confort.

 
Voilà la belle promesse de l'Oréal pour ce gloss super méga ultra bien. 
Comme vous le savez peut-être, les gloss, ce n'est pas mon truc. C'est collant, girly et provocant. Bref, je ne veux pas sacrifier mon confort pour quelque chose de peu ragoûtant et surtout, qui bien souvent, n'a aucune tenue. Mais voilà, pour mon mariage, je cherchais quelque chose de lumineux et même si certaines mariées portent des rouges à lèvres mates pour le jour J, ce n'était pas mon souhait (miss Paradoxe, bonjour !). Le défi à relever était donc de taille, je résume : luminosité, rosé, pas trop pailleté et longue tenue. Pour commencer, je me suis tournée vers de grandes marques comme Make Up Forever, Chanel, Clarins... Pour mon mariage, j'étais prête à mettre le prix. Et puis, dans les rayons de Sephora, je suis tombée sur ce petit tube qui a attiré mon regard. Je trouvais que le rose sur ma main ne faisait pas trop girly et que le nombre de paillettes était raisonnable.

La gamme possède toute une palette de couleurs mais au niveau des achalandages des magasins, vous ne trouverez pas forcément les mêmes. Après avoir fait Sephora et les grandes surfaces, j'ai finalement trouvé mon bonheur chez Monoprix (pour moins cher en plus !). J'ai donc choisi la couleur "You know you love me" référence à Serena dans Gossip Girl et qui ressemble de près à la gamme de rouges à lèvres dont Blake Lively est égérie. Bref, glamourissime, tu ne peux pas plus. Pour info, il existe quatre finis : mat, cream, néon, et Xtreme (sauf erreur de ma part…). C'est parti donc pour un Xtreme...
Première chose à noter, la couleur du tube et la couleur une fois sur les lèvres n'a rien çà voir. Exit le rose Barbie, bonjour les lèvres brillantes. Une fois "sec", les paillettes se voient un peu moins pour un rendu irisé (ne prenez pas peu en voyant les essais sur mes mains, j'aurais dû prendre des photo de ma bouche qui elle, n'est pas blanche). Si je souhaitais du rose, je suis néanmoins satisfaite du résultat qui ne fait pas too much. Le côté lumineux est également très plaisant et donne du volume aux lèvres sans en fait trop.

Le package est sobre et élégant. L'applicateur en mousse est "tordu",  ce qui peut déstabiliser à l'ouverture. Nan mais je déconne, il paraît que c'est une super innovation "sa forme réservoir dépose sur vos lèvres la juste dose de gloss. Son embout courbé épouse parfaitement la forme des lèvres pour une application facile et précise". Mais au final, il n'y a pas de différence avec les autres gloss.

Au niveau de la texture, il est vrai qu'il est facile à appliquer quoi qu'il faut se concentrer pour éviter de mettre des paillettes partout. Il est à peine moins collant que les autres gloss mais cela ne reste pas exceptionnel.


Côté tenue, je ne dirais vraiment pas qu'il est infaillible, désolée. Au bout de quelques heures, le peu de pigment a complément disparu et ne reste à peine que le côté brillant (et si vous mangez, là, je ne vous en parle même pas !). Autant dire que comme pour tout gloss qui se respecte, la tenue, ce n'est pas ça du tout du tout. Ce n'est pas encore la perle rare, désolée.
Enfin, non mais c'est quoi cette promesse d'odeur gourmande, les gars ? Vous nous prenez vraiment pour des pigeons ? Il ne sent rien de particulier si ce n'est... le gloss. Je crois que Jean-Pascal du marketing y est allé un peu fort cette fois...



Prix : 11, 90 €, tout dépend de que vous recherchez mais pour ma part, il ne m'a pas fait changer d'avis sur les gloss

XOXO

lundi 6 juin 2016

Le maquillage pour les nuls

 




Vous débutez en maquillage et pour commencer, vous ne souhaitez pas mettre des mille et des cents (oui, j'utilise beaucoup cette expression en ce moment) dans des produits que vous ne saurez pas utiliser pour commencer. Mon premier conseil est de commencer par un maquillage léger et discret qui ne mettra pas en exergue votre manque d'expérience (forcément, si vous mettez le pot de peinture et que vous ne savez pas peindre, ça se verra beaucoup plus). Inutile de vous acheter une palette de fards à paupières hors de prix avec des couleurs que vous n'utiliserez pas. Apprenez à vous maquiller, à tester les coloris qui vous vont le mieux et qui vous plaisent (les mono fards sont très pratiques pour ça et sont faciles à emporter partout). Pour commencer à vous familiariser, je vous conseille de prendre des produits peu onéreux.

Bref, voici comment vous constituer une petite collection de produits de base et qui tiennent dans une petite trousse.

Pour le teint : Pour commencer, je vous déconseille d'utiliser un fond de teint qui requiert un minimum de dextérité au risque de faire des paquets et peu naturel (la transition du pas maquillé au too much serait rude). Au contraire, utilisez un produit multifonction tel que le bâton correcteur qui vous permettra de camoufler petites imperfections, boutons et cernes. Pour plus de couvrance, vous pouvez vous tourner vers une BB crème. Je vous déconseille pour l'instant d'utiliser des blushs et autres bronzer au risque de ressembler à un clown.

Pour les yeux : Il est des indispensables auxquels on ne peut déroger (je vous renvoie pour plus de détails à cet article). Pour vous faire un regard de braise, il vous faut un mascara noir, un eye-liner noir et un crayon noir. C'est avec de l'entraînement et un peu de pratique que vous réussirez à souligner votre regard. A la limite, vous pouvez ajouter, pour une touche de fantaisie quelques mono fards avec des couleurs qui vous plaisent ou en fonction de la couleur de vos iris. Ils vous permettront également de vous habituer à jouer avec les textures avant de passer à la vitesse supérieure en prenant une palette. 

Pour les lèvres : Préférez des rouges à lèvres mats à la tendance des rouges à lèvres liquides qui demandent un peu de dextérité. Choisissez deux teintes : une claire et une plus foncée. Et c'est tout ! Pas de gloss, pas de chichis, ni rien. Avec ces deux tubes, vous pourrez créer de super looks pour la journée et pour le soir. Et lorsque vous aurez envie d'un peu de fantaisie, vous pourrez remplir vos tiroirs de nouvelles teintes.


Et voilà, votre trousse est complète ! Et elle ne prend pas beaucoup de place.

Pour vous procurer des produits bons marchés pour commencer, je vous recommande les marques : BYS, Cosmod, Elf, Yves Rocher, Kiko, Sephora... Il en existe tout un tas de même que ce que vous pourrez trouver en supermarché (Rimmel, Maybelline, Bourjois...), ne peut s'offrir un Chanel qui veut ^^

jeudi 2 juin 2016

La gamme Ultra Doux de Garnier



Je me plais souvent à vous le répéter, mais il est inutile de dépenser des mille et des cents pour prendre soin de soi. Aujourd'hui, je souhaite vous parler des produits pour les cheveux Ultra Doux de Garnier. Cette gamme de soins est peu onéreuse et accessible à tous. Les variétés sont également suffisamment variés pour plaire à un grand nombre. Pour ma part, j'ai une préférence pour "Trésor de Miel" et "Huiles d'argan et camélia" que j'alterne régulièrement. Les parfums sont addictifs, je plaide coupable. Vos cheveux garderont cette fragrance parfumée pour quelques jours. Les odeurs gourmandes et quelque peu synthétiques peuvent peut-être en déranger certaines.
Ces produits ne contiennent pas de paraben, j'aime. Mais, ils contiennent du sulfate (moins bien) un agent lavant qui à haute dose à tendance à dessécher la fibre capillaire cependant nécessaire car il est capable d'éliminer les silicones, les produits coiffants ou les huiles. La formulation n'est donc pas irréprochable mais les cheveux restent doux, nourris et réparés. C'est déjà pas mal. Ils n'alourdissent pas la chevelure et ne la rendent pas grasse. Au contraire, elle est souple, même pour les cheveux secs. Il faut dire que la texture de toute la gamme est ultra crémeuse, peu importe le produit. Elle est très agréable à appliquer et à travailler.


Le soin démêlant est assez efficace. Les cheveux "crissent" sous les doigts et sont faciles à démêlés une fois secs. Le point négatif est la composition. En effet, ce produit contient des huiles minérales (mineral oil et paraffinum liquidum). Néanmoins ces huiles minérales corrigent l'effet décapant du sodium laureth sulftate. Quant au masque, il est recommandé de le laisser poser 3 minutes, ce qui est assez rapide. Je préfère plutôt que certains masque que l'on doit garder plus et pendant ce temps, on se les gèle sous la douche... Et cela n'enlève rien à son efficacité.

Au final, un bon rapport qualité-prix (moins de 3 €) pour des produits que je vous recommande si vous recherchez des produits drugstore abordables et si vous ne regardez pas trop à la composition. Ces produits sont complémentaires. Vous pouvez prendre tous les produits d'une même gamme ou comme moi, les alterner en fonction de vos besoins. 

Une nouvelle variété vient de sortir que vous avez certainement déjà remarquée "Délicatesse d'avoine" pour les cuirs chevelus sensibles à la crème de riz et au lait d'avoine. Est-ce que quelqu'un parmi vous l'aurait déjà testée ? Je suis assez curieuse...